L’ail des Ours

Si vous avez de la difficulté à manger de l’ail frais (d’autant plus que la quantité recommandée pour un vrai bénéfice sur différentes pathologies comme les maladies cardiovasculaires, serait de 2 gousses d’ail cru/jour) je vous invite à découvrir la merveilleuse « ail des ours ».
Image associéeCette plante médicinale dont les feuilles ressemblent à celle du muguet et qui diffuse un délicat parfum d’ail, possède les mêmes vertus que l’ail frais mais en plus concentré du fait qu’elle pousse à l’état sauvage. C’est un stimulant général, antiseptique, bactéricide, antibiotique naturel, dépuratif  intestinal, et réducteur des risques cardiovasculaires.
L’ail des ours serait le régal des ours à la fin de leur hibernation, d’où son appellation. Les ours en seraient friands pour son effet dépuratif, au printemps.
On peut la trouver dans des endroits humides (les sous bois par exemple ou au bord des cours d’eau) où elle prolifère. On peut la faire pousser chez soi si les conditions d’humidité sont requises.
Sinon, on peut trouver l’ail des ours en magasin bio, tout au long de l’année sous forme séchée (au rayon des épices).

Histoire de l’utilisation de l’ail des ours en phytothérapie

L’ail des ours, ou ail sauvage, est utilisé depuis l’Antiquité pour ses nombreuses vertus médicinales.
Les Celtes et les Germains l’utilisaient comme plante purifiante.

Quelques traces auraient été retrouvées dans des habitations datant du Néolithique. On la prescrivait au Moyen Age, en connaissant ses hautes vertus thérapeutiques.
Considérée comme une plante magique, associée à la « magie blanche », elle était utilisée pour purifier l’eau des rivières.

ail-des-oursNom scientifique : Allium ursinum

Noms communs : ail des ours, ail sauvage, ail pétiolé, ail à larges feuilles.

Noms anglais : ramsons , buckrams , wild garlic , broad-leaved garlic , wood garlic , bear leek , bear’s garlic .

Classification botanique : famille des amaryllidacées ( Amaryllidaceae )

Formes et préparations : décoctions, poudres, extraits, comprimés, gélules, huiles, pommades, cataplasmes, emplâtres, élixirs, teintures, sirops, essences.


Composition de l’ail des ours

Parties utilisées : parties aériennes, le bulbe et son essence.

Principes actifs

Les principes actifs de l’ail des ours sont sensiblement identiques à ceux de l’ail commun, mais sont plus concentrés.

Très riche en huile essentielle sulfurée ; très riche en vitamine C ; sulfure de vinyle ; sels ; allicine, un antimicrobien très puissant, antibiotique naturel. C’est un hétéroside sulfuré qui, par hydrolyse, libère une huile essentielle traditionnellement considérée comme étant à la base de la plupart des bienfaits de l’ail des ours, mais aussi de son odeur unique. Aldéhyde instable  [1]

Des bienfaits reconnus

Il est utilisé comme antiaggrégant plaquettaire (antithrombotique) et pour lutter contre la formation d’athéromes. Il peut également avoir un effet amincissant et hypoglycémiant. Il est efficace dans le traitement des pathologies cardio-vasculaires, mais aide aussi à lutter contre la grippe. Il peut être conseillé en cas d’ emphysème ou de bronchite puisqu’il dégage les voies respiratoires. Autres recommandations: constipation et diarrhées chroniques. 
Il fait l’objet de recherches sur ses capacités curatives contre le cancer.
Pour bénéficier pleinement de la haute teneur en vitamine C, l’ail des ours est consommé cru [1]

Précautions à prendre

L’ail pris en quantité importante peut provoquer des troubles gastriques (flatulences, brûlures d’estomac). Les personnes souffrant d’hypoglycémie ne doivent pas consommer d’ail de manière régulière.

L’ail des ours utilisé en complément alimentaire
(usage interne)

  • Sous forme de gélules, il facilite la digestion, aide à faire baisser la pression artérielle et stimule la circulation sanguine (luttant ainsi contre les jambes lourdes).
    * Prendre 2 gélules midi et soir avec un grand verre d’eau (gélules dosées à 250mg)
  • En infusion, il facilite la digestion et c’est aussi un remède contre les ascaris [1]
  • Sous forme de poudre : 1 cuillère à café rase par jour (à saupoudrer sur les aliments, type crudités, salades…) pour celles et ceux qui n’ont pas la possibilité de le consommer frais.

Ail des Ours: recette de macérat

macerat ail des ours - 640 x 480

On en trouve également au bord des routes, mais il est recommandé la cueillette dans un milieu préservé de la pollution.
Attention : ne pas confondre la feuille de l’ail des ours avec la feuille du muguet, car même si la fleur n’est pas du tout identique, la feuille a quasiment la même forme. La feuille du muguet est plus drue, elle est inodore.

Recette de macérat d’ail des ours

Trier les feuilles une à une et les séparer de leurs fleurs (elles sont comestibles mais peuvent servir à une autre recette). Bien les laver et les sécher, puis les hacher finement pour obtenir un genre de purée humide. Remplir la moitié des pots avec la préparation, puis compléter le pot avec de l’huile d’olive. Saler légèrement, refermer et placer au réfrigérateur pendant trois semaines. Penser à remuer la préparation de temps à autre, puis refermer et replacer au frigo.

Conservation du macérat d’ail des ours

Le macérat peur être utilisé le jour même, mais il se bonifie au fil du temps. A conserver au réfrigérateur. Ne se périme pas, il peut être conservé jusqu’à 1 an après sa fabrication. [2]

Ozalée Sens@

Sources aides à la rédaction: [1] doctissimo [2] www.menthe-bergamote.fr

 

 

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :